Quand Dragon Quest nous donne FLY - Les-dessins-animes.fr

Quand Dragon Quest nous donne FLY

L'article vous plaît ?
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Nous parlerons dans cette chronique, d’une des nombreuses pierres posées sur le monument de l’heroïc-fantasy, car à présent nous vous narrerons la genèse de la série Fly, Dai No Daiboken au Japon.

Dragon Quest l’origine d’une série culte

L’univers de Fly est tiré du fameux jeu vidéo Dragon Quest crée par Horii Yuji, et où nulle autre que monsieur Akira Toriyama à conçut le character design des personnages et des créatures. Fly reste à ce jour, la seule œuvre connue basé sur cette série de jeux vidéo, tout en restant grand public.

Mais racontons un peu l’histoire de notre jeune et fougueux héros. Tout commence sur l’île de Dremline. Le jeune Fly est élevé par le vieux Blass, qui tente tant bien que mal de lui apprendre à utiliser la magie. Mais Fly ne rêve que d’héroïsme et d’aventure. Pourtant un jour tout bascule ! les monstres de lîle semblent devenir fous, les cieux s’assombrissent. Autant de signes qui ne trompent pas : le roi du mal serait-il de retour ?

Surgit à ce moment là, maître Yvan, héros qui s’est débarrassé quinze ans plus tôt du démon Hadlair. Fly suivra l’enseignement de techniques extrêmement puissantes d’Yvan. Entre eux va naître un respect mutuel et une profonde admiration. De plus, Fly se liera d’amitié avec l’assistant d’Yvan, Pop qui suit les cours pour devenir magicien. Mais malheureusement pour nos héros Hadlair réapparaîtra, ressuscité par le nouveau roi du mal.

Au cours d’un combat au sommet, Yvan se sacrifie pour que ses disciples restent en vie. Suite au combat et à la disparition de leur maître, Fly et Pop rejoint par Sam un autre disciple, se lanceront dans une croisade pour anéantir les forces du mal.

Vertus et artisans

Grâce à cette série, on retrouve des valeurs fortes comme la puissante amitié entre les héros ou la piété filiale intense qui réunit les familles dans le danger. Dans le même ordre d’idées, on distingue aussi la fidélité de l’élève au maître, la rivalité qui se fond en respect mutuel, des guerriers « élus » devant accomplir leur destinée, à savoir sauver le monde.

Parmi les autres rapprochements forts, il y a bien sur comme dans tout bon jeu de rôle, des personnages qui gagnent de l’expérience et évoluent à un autre niveau de compétence, qui reprend toute la terminologie propre à un univers heroic-fantasy des objets, des magies, des monstres et plusieurs éléments particuliers.

Parlons plus précisément des merveilleux artisans qui ont conçu cette œuvre. La série animée de Fly est produite par le légendaire studio Tôei, pour les novices Dragon Ball, One Piece, Ken le survivant, etc.

A la réalisation l’on retrouve Nobutaka Nishiziwa connu pour avoir travaillé sur Slam Dunk, les OAV de Crying Freeman et sur Galaxy Express 999. Le character design et l’animation furent ouvragé par Yasushi Nagaoka qui avait déjà assuré ce rôle sur certain film de Lupin III ou Edgar de la cambriole pour les néophytes.

La direction artistique est confiée à Nobuto Sakamoto qui avait bossé sur Rave, Angelic Layer, Hunter X Hunter. Les compositions musicale son signé Koichi Sugiyama qui avait composé les musiques sur le film des Gatchmans et la série Cyborg 009. Le générique français a été chanté par Bernard Minet, que demandent les orcs du mordor ?

 

La fin au meilleur moment

Malheureusement, hé oui ! la série reste inachevé aussi bien en France qu’au Japon. Elle s’arrête brutalement au 46 ème épisode, alors que c’est à ce moment que l’histoire devient plus intéressante. L’arrêt de la série s’explique en partie par l’abandon de son sponsor principal.

La suite était en plus préparée, avec des design préliminaires des futurs personnages, le staff ayant été lui-même pris de cours par cette décision.

Cependant, Fly est une série d’animation qui à du charme, puisqu’on y retrouve des ingrédients simples qui font mouche, de l’action, de l’héroïsme, un peu de suspense et les inévitables triangles amoureux.

Bien sur, on y retrouve beaucoup de clichés et la version Française et truffée de noms farfelus ou inversés. Fly repose avant tout sur plusieurs principes humains, mais très classique comme la justice et le sens du bien et du devoir. D’où qu’il viennent les héros se réuniront contre leurs ennemis communs qu’importent les sacrifices.

On prend vite goût aux aventures de Fly, et pour cela l’anime respecte énormément l’esprit originel du manga. Accessible à tous, il reste une référence en matière d’heroïc-fantasy simple et pure, sans aucune déviance étrange ou high-tech. Ici, il ne s’agit que de l’histoire d’un jeune garçon destiné à être un héros et c’est parfait ainsi.

 

 

Pour aller plus loin…


L'article vous plaît ?
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Laisser un commentaire