Mythologie grecque et scandinave dans l’animation japonaise

L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Si une mythologie est plutôt propre à une civilisation spécifique, le mythe illustre des aspects de la condition humaine. Il peut évoquer la recherche des origines, un récit de la fin du monde, il peut s’appliquer à la nature humaine. Ces thèmes transparaissent toujours par les différents modes d’expression employés par l’homme et donc par le dessin animé.

Save my little mythologie grecque !

La mythologie grecque a influencé des réalisateurs très différents. Discutons d’abord de cette série comique qu’est La petite Olympe et les Dieux. Olympe est une petite fille aux cheveux d’or, à la jupette rose qui fait les quatre cents coups avec son ami le dieu Eros. Dessin animé très burlesque, il est très confus à raconter, néanmoins on peut lui trouver un certain parallèle avec l’esprit grec. Les dieux ont ici des corps, des sentiments, des défauts. Leur gigantisme est retranscrit avec humour, comme l’immense Poséidon lézardant dans les thermes antiques. Ce qui rappelle les grandes statues grecques comme celle d’Athéna au sein du Parthénon ou le colosse de Rhodes. Olympe est quant à elle un personnage totalement imaginaire, elle doit son nom au mont qui abrite les divinités du panthéon grec. La petite divinité est très malicieuse, et passe son temps à réparer ses impairs et ceux du maladroit Eros. Les histoires sont très inspirées des récits mythologiques, même s’il y a beaucoup de variantes.

 

Le dessin animé Les Chevaliers du Zodiaque n’est pas fidèle à la tradition. Saori (incarnation de la déesse Athéna) ressemble plus à une vestale qu’à la déesse armée sortie du crâne de Zeus. En fait, contrairement à la mythologie, le point de départ de la série fut les constellations du Zodiaque. Celles-ci ayant des noms de personnage héroïque tel qu’Andromède, Persée et Héraclès ou bien d’animaux fabuleux comme Pégase, la Licorne, le Phénix qui ont favorisé les emprunts aux antiques légendes. Par exemple, Pégase était le cheval de Persée, il est né du sang de la Méduse et possède des ailes. Si la série des Chevaliers du Zodiaque occulte ce point, le film d’animation Hercule de Disney en modifie l’origine ; Zeus y créé Pégase à partir d’un nuage.

Les chevaliers du zodiaque

Les chevaliers du zodiaque

L’Odyssée

Avant de parler de l’Odyssée, il faut rappeler qu’un autre récit précède le périple d’Ulysse. Il s’agit de l’Iliade qui raconte le déroulement de la guerre de Troie où Ulysse tient une place secondaire. Celui-ci est présent à côté de nombreux rois grecs comme Nestor. La guerre de Troie a eu lieu suite à l’enlèvement d’Hélène, épouse de Ménélas, roi de Sparte, par le jeune et beau Pâris, fils de Priam et roi de Troie. Face à une telle insulte faite envers le roi spartiate, les rois grecs se liguent contre la cité adverse, où s’illustre, entre autre, le célèbre Achille. La dispute pour les armes d’Achille entre Ulysse et Ajax est restée dans les mémoires.

Quant au cheval de Troie, astuce d’Ulysse pour pénétrer dans la ville ennemie, est devenue l’une des histoires les plus connues au monde. Il faut savoir que l’Iliade et la légende du roi Arthur, sont les deux légendes servant de base d’inspiration à bon nombre d’auteurs de la pop-culture, même encore aujourd’hui.

Ulysse 31

De gauche à droite : Thémis, Ulysse, Nono, et Télémaque

Mais revenons à l’Odyssée et à un dessin animé ayant réussi à véhiculer l’esprit de cette mythologie et ce, de façon surprenante. Il s’agit du bien nommé Ulysse 31 qui n’est autre qu’une transposition dans un univers de science-fiction, des aventures du héros de la guerre de Troie. Ulysse est un héros que l’on rencontre dans les épopées d’Homère : l’Iliade et l’Odyssée, mais il est le protagoniste central du second, qui évoque le retour d’Ulysse vers sa patrie Ithaque. Ce thème est exactement celui du dessin animé, où l’on voit Ulysse quittant la base de Troie pour retourner sur Terre et retrouver sa femme Pénélope.

Représentation de Ulysse sur son navire - Vase 475 av JC

Représentation de Ulysse sur son navire – Vase 475 av JC

Contrairement au récit d’origine, Télémaque accompagne son père dès le début, alors que dans l’Odyssée, il part à la recherche de son père à travers toute la Grèce. Quant à la petite Thémis, au nom évocateur, elle semble occuper la place de la déesse Athéna, qui déguisée, aida notre pauvre Ulysse dans ses péripéties. Les compagnons d’Ulysse 31 sont aussi présents, mais endormis pour laisser plus de place aux héros dessinés. Leurs noms n’ont pas non plus été choisis au hasard puisque Nestor, par exemple, fut un héros de la guerre de Troie, même s’il n’était pas un des compagnons d’Ulysse. Condamné par les dieux, Ulysse erre à la recherche de son pays ; il navigue d’île en île, échoue sur des côtes inconnues, comme dans de mystérieuses galaxies aux planètes non cartographiées.

Le combat contre le Cyclope est le point de départ du périple d’Ulysse. Dans l’Odyssée, il est précisé que ce géant qui massacre les compagnons d’Ulysse était Polyphème, fils de Poséidon. D’où l’omniprésence du dieu de la mer que l’on retrouve dans la série avec les navettes en forme de tridents ou encore avec les hommes requins. La vengeance est un thème récurent et essentiel dans les récits grecs. Certaines aventures sont directement inspirées de l’Odyssée ; le Cyclope, Eole et le vent, les Lotophages mangeurs d’oubli, les sirènes, les Cimmériens qui ne peuvent soutenir la vue du soleil, Charybde et Scylla, Circé la magicienne et la nymphe Calypso. D’autres sont inspirés des légendes d’autres héros, comme Thésée aux prises avec le Minotaure dans le labyrinthe de Dédale.

Parfois la série présente des mythes qui ne sont évoqués que dans le récit originel ; comme le supplice de Sisyphe ou le travail des Parques. Parfois même, Ulysse se substitue à d’autre héros grecs, comme pour l’énigme du Sphinx, où il prend la place d’Œdipe. Ou bien, l’épisode avec Atlas où il remplace Héraclès. En revanche, certains passages de l’Odyssée d’Ulysse comme sa rencontre avec la princesse Nausicaä, ont été évincés. Ulysse 31 est un dessin animé fort intéressant et cultissime, pour beaucoup d’entre nous et fut une initiation à l’histoire de la mythologie grecque. Même si mon prof’ de français à l’époque critiquait sans retenue l’oeuvre franco-japonaise des années 80.

 

Et la mythologie nordique dans tout ça !

La mythologie nordique est un peu moins obscure aujourd’hui, en partie grâce aux nouveaux films de Thor, le super héros de l’écurie Marvel. Elle reste tout de même moins connue que les mythes grecs. Pourtant bon nombre d’artistes l’ont glorifié comme les poètes allemands du 12ème siècle, avec la légende de Siegfried, R.Wagner et sa tétralogie, sans oublier J.R.R Tolkien qui s’inspira profondément des mythes des Germains du nord. Mais plus précisément, dans les lignes qui vont suivre, je vais parler d’un de mes « hors-série » préférés : Asgard des Chevaliers du Zodiaque.

L’incarnation même du mythe !

L’arc d’Asgard de Saint Seiya nous plonge dans les ténèbres et le froid des antiques royaumes du nord de l’Europe. Son nom vient des Ases, un peuple dont Odin est le dieu protecteur. Dans la série, Odin nous est connu grâce à une statue ; deux corbeaux sur les épaules qui ne sont autres que Hugin (la pensée) et Munin (la mémoire). Avec l’épée de Balmung entre les mains, il veille sur ses terres nordiques. La prêtresse Hilda de Polaris œuvre, quant à elle, à l’équilibre du monde. Cependant, depuis que l’anneau des Nibelungen s’est glissé à son doigt, ses intentions sont devenues mauvaises. La bienfaisance a fait place à la cruauté. C’est dans une lutte contre le sanctuaire qu’elle s’engage ; combat manichéen du bien contre le mal.

Odin avec Hudin et Munin - Représentation du 18ème siècle

Odin avec Hudin et Munin – Représentation du 18ème siècle

Afin d’éviter le chaos, les compagnons d’Athéna luttent contre les chevaliers d’Asgard, et espèrent, à terme, pouvoir briser l’anneau magique. Seule l’épée de Balmung peut détruire le bijou. Ce n’est qu’en réunissant les sept saphirs d’Odin, détenus par chacun des chevaliers nordiques que les Chevaliers du Zodiaque pourront manier le mythique glaive. Si ces derniers sont protégés par les diverses constellations, les chevaliers nordiques sont sous l’obédience des étoiles de la Grande Ourse. Un film sur le même thème a été réalisé. Les protagonistes diffèrent un peu, et le chevalier du cygne passe au camp ennemi. A noter qu’à travers le personnage de Frey, les ennemis des Ases sont représentés. Enfin le film s’achève sur une représentation du mythique arbre Yggdrasil.

Yggdrasil

Yggdrasil

Les références aux mythes nordiques

Avant toute chose, notons que Hagen, Albérich, Siegfried, ou encore Hilda ne sont pas des dieux nordiques, mais des noms de héros issus de la légende des Nibelungen. Thor de Phecda est l’incarnation même du dieu dont il porte le nom. Son armure ressemble à Jörmungand (le serpent monde), qui sera tué par Thor, mais celui-ci succombera plus tard à son venin. Cid et Bud, les frères jumeaux, semblent être des personnages inventés de toute pièce par les créateurs des Chevaliers du Zodiaque. Odin ou Wotan est le dieu créateur, le père de toutes choses, il a de nombreux enfants, notamment Thor et Balder. Il a pour attribut sa lance Gungnir et son cheval à huit pattes Sleipnir, qui est représenté par l’armure de Hagen. Odin est toujours accompagné de ses fidèles corbeaux, Hugin et Munin, qui voyagent dans les autres mondes pour le renseigner.

En effet, la mythologie nordique connaît neufs mondes supportés par l’arbre Yggdrasil, celui des Ases, des nains, des elfes, des hommes, des géants, etc. Par ailleurs, pour obtenir la connaissance de toutes choses, Odin se pendit à Yggdrasil dont il obtint les runes. Les runes constituent une sorte d’alphabet, chaque rune étant dirigée par une pierre précieuse, par exemple l’améthyste pour Eolth ou encore le saphir pour Thorn dont cet élément est évoqué à travers la quête des Chevaliers du Zodiaque. Cependant, le sorcier des mensonges introduisit la confusion dans les runes ; ainsi apparut l’occultisme dans les pratiques runiques.

Dans le même but, Odin sacrifie son œil droit à Mime ou Mimir, divinité de la sagesse, et découvre les vérités d’en dessous. La place de la nature est très importante dans la mythologie nordique, et contrairement à la religion grecque, les dieux ne sont pas vus ici comme des immortels. C’est une mythologie qui connaît une forte dimension de fatalisme comme par exemple, la mort inéluctable de Thor ou la malédiction de l’anneau des Nibelungen. De même, l’opposition entre le bien et le mal, si elle est récurrente dans le dessin animé, est à l’origine inexistante. Il s’agit d’une mythologie inexistante faite pour des guerriers, qui exalte les vertus telles que le courage ou l’abnégation. En ce sens, elle est beaucoup plus adaptée à l’esprit de la série que la mythologie grecque. Ce qui explique peut-être le succès de ce hors-série.

La légende du héros du nord

Entre tradition orale et écrite mais aussi entre le roman du 12ème siècle et les compositions de R.Wagner, la légende de Siegfried connaît quelques variantes. Tentons de retracer la trame essentielle des aventures du héros allemand. Siegfried, fils de Sieglinde et de Sigmund, orphelin de père, aurait été élevé à la cour du roi du Danemark. La vie à la cour du roi nordique était heureuse pour le jeune homme, cependant, il ne pouvait prétendre au trône. Ne pouvant succéder à son père adoptif, Siegfried souhaita conquérir l’honneur et obtenir le statut de preux chevalier. Pour cela, il lui fallait trouver une quête démontrant sa force et sa vaillance, en accomplissant une épreuve exceptionnelle.

Siegfried

Siegfried – représentation suédoise du 19ème siècle

Le nain Regin qui enseignait les runes à la cour du Danemark lui propose de lutter contre le terrible dragon Fafnir, que seul un mortel pourra terrasser. La proposition de Regin n’étant pas tout à fait innocente car le nain convoitait le trésor jalousement gardé par la monstrueuse créature, butin dont Siegfried ignorait l’existence. Enthousiasmé par l’idée de Regin, le jeune homme s’applique à reforger les deux moitiés de l’épée de son père et se prépare à pénétrer dans la grotte de Fafnir. Le fortuné Siegfried réussit à vaincre le dragon. Gisant sur le sol, la bête répandait son sang. Intrigué par Regin qui réclamait le cœur du dragon, Siegfried en goûta le sang et se rendit compte qu’il comprenait le langage des oiseaux. Ainsi il les entendit évoquer l’existence d’un trésor ainsi que la traîtrise de Regin.

Avant de se venger du nain, le héros s’aspergea du sang du dragon, ce qui le rendra invulnérable tout comme Achille. Malheureusement, là aussi, une feuille de tilleul, se collant sur son dos laissera une zone vulnérable. Regin mort, Siegfried s’empara du trésor, dans lequel se trouvait l’anneau des Nibelungen qu’il glisse à son doigt. Chez Wagner, c’est le nain mime, décrit comme hideux, qui tient le rôle de Regin ; on est bien loin du beau Mime de Benetnash dont l’armure représente une harpe et s’inspire des scaldes, sorte de troubadour viking. Le trésor gardé par Fafnir, un géant transformé en dragon pour mieux accomplir sa tâche, provient d’un acte cupide d’Albérich, frère de Mime, qui a volé l’or du Rhin. Trésor repris par Odin, que le dieu échangea à Fafnir contre la belle Freya qui inspirera le personnage de Flamme dans l’arc d’Asgard, des chevaliers du Zodiaque.

Cependant, l’anneau maudit décida du sort du géant, comme il décidera du sort de Siegfried, qui s’achève chez Wagner par le Crépuscule des Dieux. Le personnage d’Albérich de Megrez est tout aussi cupide que son homonyme de la légende pourtant son armure tout comme Fenrir, autre chevalier divin, s’inspirerait des fameux rejetons du célèbre dieu Loki ; le premier représente la déesse Hel et le deuxième Fenrir le loup géant qui terrassera Odin, lors du Ragnarök.

Albérich de Megrez

Albérich de Megrez

Revenons à notre jeune héros, Siegfried, qui poursuivant ses aventures, est soudain bloqué par un étrange anneau de feu entourant un château tout aussi mystérieux. Encourageant sa monture, il passe au travers de cette mystérieuse barrière. Siegfried peut alors pénétrer dans l’étrange domaine où les terres et les habitats sont vides. Lorsque explore le château, il trouve, endormie, une personne dotée d’une magnifique armure. En retirant le casque, il découvre une jolie jeune femme qui n’est autre que Brunehilde. Celle-ci libérée de l’enchantement qui la retenait prisonnière, raconte son histoire à Siegfried. La walkyrie, renié par Odin après avoir rompu son serment, fut condamnée à être prisonnière d’un anneau de feu, jusqu’à ce qu’un mortel l’en délivre. Elle devait accompagner un jeune guerrier vers le Walhalla, mais lui préféra son ennemi, beaucoup plus âgé et valeureux. Ainsi Brunehilde perdit son statut de walkyrie. C’est avec beaucoup de regrets que Brunehilde vit Siegfried reprendre sa route. En effet, Siegfried ne lui donna pas son cœur car il préféra le donner à la douce Kriemhilde. Quant à Brunehilde, les légendes disent qu’elle devint reine d’Islande. C’est lors d’un tournoi que notre courageux héros fit la conquête de sa bien-aimée, mais il la laissa de côté en prétendant qui n’allait pas oublier sa défaite contre le terrible Hagen.

Siegfried de Dubhe

Siegfried de Dubhe

Devant à nouveau guerroyer, Siegfried dut prendre congé de son épouse. Hagen, très épris, côtoyaient toujours Kriemhilde. Celle-ci, inquiète, lui fit part du secret de Siegfried et demanda à Hagen de veiller sur son époux. En brodant une croix de soie sur la tunique de Siegfried, qui précise l’endroit où jadis la feuille se posa, elle condamne Siegfried à une mort certaine. Hagen conscient de la faille de son rival profita de l’inattention de celui-ci pour lui porter le coup fatal et ce avec la propre épée du héros. Certaines légendes racontent que, toujours folle d’amour pour Siegfried, Brunehilde se suicidera en s’immolant sur le bûcher funéraire du héros.

 

La ballade d’Asgard

Ainsi la légende de Siegfried apparaît quelque peu éloignée des intrigues de l’arc Asgard des chevaliers du zodiaque. Même si l’on trouve ici l’origine de quelques animosités entre certains personnages, notamment Albérich de Megrez et Siegfried de Dubhe. Quant à Hida de Polaris, son statut la rapprocherait plus de la walkyrie Brunehilde, mais l’amour infinie que Siegfried lui voue évoque beaucoup plus Kriemhilde. La liaison d’Hagen et Flamme relève plus d’une fusion entre la légende germanique et la mythologie nordique. Seul Mime pose problème car son nom est celui d’un nain et aussi d’un dieu. D’autres interprétations des légendes nordiques peuvent apporter de nouvelles lectures des traces mythologiques présentes dans Les Chevaliers du Zodiaque. De même plusieurs détails de l’analyse précédente sont hypothétiques ; les germains ont surtout transmis leurs traditions et leur savoir de manière orale, et, à travers le temps et l’espace, des variantes s’y sont glissées.

On espère que ce dossier vous permettra d’y voir plus clair dans toute cette symbolique et cette représentation mythologique.

Recherches utilisées pour trouver cet article :les-dessins-animes fr,anything,les chevaliers des zodiaques panthéon grec et nordique
L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 réponse

  1. 16 août 2017

    […] Elle fut produite par la société JetLag, fondée en 1987 par Jean Chalopin qui réalisa Ulysse 31 et par Filmation. On y retrouvait aussi, entre autres, Bernard Deyriès et Terada Kazuo à la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *