Notre avis sur le Toulouse Game Show 2018

L'article vous plaît ?
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages

Avis Toulouse Game Show 2018

Pour la douzième année consécutive, les allées de l’île du Ramier à Toulouse se sont remplies, ce premier week-end de Décembre, de créatures étranges et colorées, ailées, armées, aux cheveux de couleurs improbables, échappées d’un autre monde…

Dans le grand (gigantesque) Parc des Expositions de Toulouse se tenait à nouveau le Toulouse Game Show, TGS pour les intimes, dernier grand rendez-vous de l’année des gamers, geeks, otakus et cosplayers de la Région Occitanie.
5 gigantesques halls thématiques, 14 000 pas parcourus en deux jours à travers les allées, dont 8 000 perchée sur mes hauts talons (merci à mon téléphone pour cette gentille et inutile statistique), environ 1300 photos à trier… ce fut un week-end riche en émotions et en émerveillement que je partage avec vous !

Samedi : Concours de cosplay par Rush Ever 

Ce premier jour, c’était ma journée “pour moi”. Je l’ai dédiée au cosplay en duo avec mon fils (duo Fairy Tail). Ca faisait un an qu’on se préparait pour cet événement, et c’était ma toute première convention en Cosplay.

J’avoue que j’appréhendais un peu la foule, vu les commentaires de l’année dernière, selon lesquels il y avait bien plus de monde le samedi que le dimanche (on avait déjà eu un mal fou à circuler le dimanche…). Mais non, c’était très vivable. Bien sûr, le Hall 6, paradis des gamers, reste assez insoutenable niveau sonore, à cause de la scène jeux avec des animations constantes, et l’attente pour jouer est longue.
Petit détail sympa, nous avons découvert en fin de journée que 2 ou 3 photographes “campaient” à côté des vestiaires, devant les toutes nouvelles cabines pour cosplayers, dont les rideaux noirs fournissaient un espace et un fond idéaux pour les photos . C’était vraiment une très bonne idée, d’avoir ajouté ces deux cabines ! L’année dernière, les cosplayers devaient se changer dans les toilettes. Ce n’était vraiment pas pratique et ça rajoutait de l’attente…

Il y avait du beau monde invité à cette édition, notamment Don Rosa, le créateur de Picsou, mais aussi plusieurs acteurs américains de la série Buffy contre les Vampires. Plusieurs youtubeurs intéressants aussi, dont 3 youtubeurs de chaînes scientifiques, c’était sympa. Mais vu les files d’attente pour juste une poignée de main et un autographe, on a passé notre tour.

Au lieu de ça, après avoir exploré tous les halls et mangé un morceau, nous avons assisté par curiosité au concours de cosplay solo du samedi, organisé par RUSH FEVER, et mon fils a a-do-ré!
Je vous ai préparé un petit diaporama avec les quelques photos potables des candidats que j’ai pu prendre sur scène et hors scène :

 

Après quelques parties de jeux rétros et une poignée de prises de photos de cosplayers (à retrouver plus bas), retour à la réalité, et c’est là qu’on se rend compte qu’une convention comme le TGS, c’est un peu comme le pays des Bisounours, ou un univers parallèle… Quel choc en se reconnectant avec le monde extérieur, de voir à la télé toutes ces images des violences perpétrées ce samedi, à quelques kilomètres seulement de là où nous étions !

Dimanche : Coupe de France de Cosplay

Ma chronique sur ce dimanche sera ultra courte car j’y suis allée seule, et uniquement l’après-midi, essentiellement pour assister à la finale de la deuxième Coupe de France de Cosplay. J’ai donc passé près de 2 heures et demi enfermée dans l’amphithéâtre du Hall 6…

Hormis le concours, qui aura droit à son article détaillé, j’ai réussi à interviewer la présidente de l’association France Cosplay, et Mélizenn, une des membres du jury de cet impressionnant concours.
Retrouvez tout ça dans les jours qui viennent, le temps de récupérer les superbes photos de Draksmoon Photography qui nous fait le plaisir de partager son travail avec moi, pour illustrer cette chronique avec des photos dignes de ce nom.

Je me suis aussi payé le luxe de visiter en tant que Rowena Serdaigle, l’étonnante collection Harry Potter que vous pouvez retrouver sur la page Facebook Ludo Collection, et qui comporte des pièce uniques, dont certaines sont les originaux qui ont été utilisés pour les tournages… pour la Potterfan que je suis, c’était un moment magique !

Le Cosplay au TGS

Ce ne serait pas une bonne chronique cosplay sans plein de photos de… cosplays ! Trêve de blabla, place aux images des visiteurs qui ont bien voulu prendre la pose…

Tout d’abord une mention spéciale à cette petite demoiselle Eve, qui à 9 ans, était la benjamine du concours cosplay, dans sa tenue de Experte des Câlins de Fortnite, avec une prestation dansée très sympathique!

Les plus impressionnants :

  • Garenn de League Of Legends (par SneakCosplay), un Mage de Bataille de Heroes 7 (par Sadalsund cosplay) et Imperius de Diablo 3.
  • Tamatoa du dessin animé Vaiana/Moana par Sanga Cosplay (membre du jury du concours de samedi)
  • Hanzo Shimada de Overwatch par Sylver Cosplay&Craft, candidat au concours solo du samedi. Toute sa broderie sur l’épaule a été faite à la main!! Chapeau pour ce beau travail!
  • La Reine de Cœur du film Alice au pays des Merveilles, version Tim Burton, par Xerxes Cosplay

Mes photos “fan club” :

  • Sans de Undertale par Sakura Ink (c’est juste LE héros préféré de mon fils!)
  • Daenerys Targaryen, Mère des Dragons de la série Game of Thrones (la seule que j’aime dans la série!), par Elin Bakker, qui était présente en tant qu’auteur sur le stand des Editions Sudarènes.

Mon coup de cœur absolu: Elsa (Cy Rielle)et son Olaf, avec qui j’ai pu papoter des avantages et inconvénients du costume collé VS cousu (Elsa était dépité car sa robe s’était déchirée sur un côté…)

On était les mages les plus heureux de la Guilde Fairy Tail, on a retrouvé Natsu!!! Deux fois!!!

Et aussi Jubia et Wendy!! Et une autre Lucy Heartfilia!!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mon bilan TGS par rapport au TGS 2017

La première nouveauté, c’était des halls mieux répartis avec un regroupement thématique, et nouveau hall spécialisé sur le Japon, très apprécié par les Otakus: démonstrations d’arts martiaux, calligraphie de haikus, cérémonie du thé et port du kimono, et même un espace massage.

Très nette amélioration côté restauration: l’année dernière il fallait faire la queue des heures, devant des stands qui étaient au milieu des autres boutiques, ça créait des bouchons monstrueux, et il n’y avait pas d’endroits pour se poser et manger. Cette année, tous les vendeurs de nourriture étaient regroupés, il y avait tables et chaises à plusieurs endroits, et de larges espaces pour se poser, c’était vraiment appréciable. J’espère que ce progrès perdurera!

En parlant de circulation, de ce côté-là aussi, il y avait un mieux notable: les allées étaient beaucoup plus larges, de l’avis des habitués, et c’est tellement plus facile pour circuler quand on a un cosplay fragile ou encombrant, et même pour circuler tout court, aux heures de pointe!

Un gros regret pour cette première expérience en tant que cosplayeuse : il y avait beaucoup moins de cosplayeurs que l’année dernière, mais aussi moins de photographes, et plusieurs personnes m’ont exprimé leur regret de voir les cosplayeurs galérer pour avoir des photos, et devoir quémander aux photographes. Effet gilets jaunes et pénuries d’essence, ou simple raréfaction? L’année prochaine nous le dira…

Je dois quand même émettre un autre gros bémol: le problème de communication et de considération envers les membres de la presse: hormis l’accès facilité en backstage pour les compétitions et conférences, notre placement était tout pourri, loin de la scène et sur un côté pour le dimanche, pas d’espace réservé pour le samedi, ce qui fait qu’à moins d’avoir un appareil photo professionnel et un zoom puissant, impossible de faire des photos correctes. C’est un peu bête quand on veut couvrir une compétition de Cosplay, non?

Un concours de costumes sans images… euh…. bof! Mais il n’y a pas que ça. Il n’y avait sur place qu’une seule personne en charge de tous les invités presse, et RIEN n’avait été fait pour nous accorder des temps d’interviews avec les divers invités : youtubeurs, acteurs, jurys cosplay, etc… Alors qu’on avait des box au calme pour pouvoir réaliser nos interviews, mais encore aurait-il fallu avoir quelqu’un à interviewer. Tout avait été verrouillé. Il fallait y aller au culot, et harponner les invités ou leurs agents pour espérer décrocher un moment pour un court entretien… ça aussi, c’est dommage.

Pour finir quand même sur une note positive, vive les transports en commun! L’année dernière j’étais venue en voiture, plutôt “tôt” puisque j’avais un billet prévente (permet l’accès 30mn plus tôt), mais je m’étais quand même retrouvée garée à plus d’un kilomètre du Parc des expositions. Cette année, J’ai tenté le combo parc Relai Ramonville et métro+tramway : au final c’est la même quantité de marche à pied mais sans le stress de se dire “vais-je trouver une place”. Vraiment, je recommande.
L’année prochaine, je prends carrément le train, puisque la SNCF offre un billet aller-retour spécial TGS à 5€ depuis n’importe où en Occitanie !

Mon bilan personnel pour cette première convention en full cosplay

Avant d’y aller, j’avais quelques craintes.

D’abord je suis “vieille”, et j’avais peur du jugement, des regards discriminants des cosplayers plus jeunes. Ensuite, je suis assez craintive de tout ce qui est comportements déplacés, mains baladeuses et autres. Ce sont deux des choses que j’ai pu beaucoup lire ou entendre lors de mes recherches sur internet à la découverte du monde du cosplay, qui m’inquiétaient un peu.

Mais cette année, au TGS, rien de tout cela. Des sourires, pas mal de respect des costumes (pas trop de bousculades), des demandes polies pour nous prendre en photo, un beau respect entre cosplayeurs, on est loin des dramas montés en épingle sur les réseaux sociaux.

J’ai apprécié cette première expérience à 200%, j’ai eu quelques compliments très gentils sur mes costumes, de la part de fans de l’univers Fairy Tail, j’ai trouvé des tonnes d’inspirations en voyant les costumes des autres, et appris quelques techniques surprenantes (par exemple, qu’il n’est pas si difficile de faire des ailes articulées…). J’espère avoir l’occasion de reporter notre duo Fairy Tail et ma Rowena Serdaigle pour un vrai shooting un jour.

J’ai aussi appris à mes dépends que boue et robe longue font très mauvais ménage. Surtout sur l’île du ramier, où la terre est rouge! Donc quand il pleut, on évite de se balader dans la rue en princesse médiévale. Soit on se change sur place, soit on trouve un système de ceinture pour remonter et coincer sa robe/jupe/cape au niveau des genoux pour éviter d’avoir le costume tout mouillé et taché…

Ainsi se clôture cette douzième édition de la convention d’hiver.

Un grand merci aux organisateurs du TGS pour m’avoir invitée à cette convention.

Je vous donne rendez-vous très vite pour le compte-rendu et les photos de la CFC et je vous dis au printemps pour la prochaine convention Toulousaine.

Féeriquement vôtre,
Serindyanë

PS: si vous étiez là, vous aussi ce week-end, n’hésitez pas à donner votre avis sur cette édition dans les commentaires, et poster des liens vers vos albums photos de la convention !


L'article vous plaît ?
  •  
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages

Serindyane

Elfe-papillon couturière, costumière et cosplayeuse. Retrouvez moi sur Instagram @Serindyane

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!