Les Razmokets

L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il se trouve que certaines séries pour les enfants se voient aussi adaptées pour les grands. Je me revois encore avec mon petit frère devant les Razmokets, regardant avec intérêt cette série atypique qui nous rassurait de façon intelligente sur nos angoisses infantiles. Chaque épisode était l’occasion de découvrir nos héros en couche-culotte dans de nouvelles aventures aussi diverses que variées. De plus Nickelodeon n’est pas de ces sociétés réalisatrices de dessin animé qui tient à tout prix à suivre les traces de l’oncle Walt Disney. Au contraire, ils ont une politique de développement bien à eux et un style très particulier que l’on connait entre mille. Leur secret est simple : un design underground, un scénario frappadingue et des protagonistes attachants. Et tant qu’à faire, ils dévoilent une véritable maîtrise du dessin animé, ce qui n’est pas forcément le fort d’autres sociétés américaines dont les productions polluent souvent les chaînes transatlantiques.

 

Un dessin animé pour les petits !

Les Razmokets, alias les Rugrats en version originale, ont véritablement conquis les foules car il s’agit là d’une série toute simple où de très jeunes enfants font l’apprentissage de la vie du haut de leur demi-mètre et interprètent les faits et gestes des adultes comme autant d’aventures parfois empruntées à des films bien connus. Les références cinématographiques ne manquent pas dans la série animé puisqu’on y trouve parfois des allusions cocasses à Indiana Jones ou Jurrassic Park. Les personnages, nos chers bambins, n’ont que deux petites années d’existence. Le chef de bande, Tommy, est accompagné de son meilleur ami La Binocle, avec Alphonse et Sophie ainsi que ces voisins les jumeaux. Ils vont passer leurs journées à découvrir le monde. Mais tout cela serait parfait s’il n’y avait pas la terrible Angélica Cornichon dite « Couette-couette », cousine de Tommy et élément perturbateur phare de la série.

Les personnages adultes, quant à eux, n’ont rien de charmant et ne sont pas de typiques parents attentionnés. Oui car le grand-père est sénile jusqu’aux bouts des ongles et le père Jean-Roger Cornichon est un inventeur à la masse, roulant avec une vieille voiture. Lucie, la maman, a trop tendance à céder aux caprices des enfants et on a parfois du mal à comprendre comment une famille pareille est arrivée à se former. Cependant, lorsqu’il s’agit d’aider les héros, chacun y met du sien, à sa façon.

Les bébés à l’œuvre !

La série est diffusée en 1991. Les créateurs ne sont autres que l’ex-couple de producteurs Arlène Klasky et Gabor Csupo. Ils produiront et réaliseront des séries célèbres comme La famille Delajungle ; série mettant en scène une famille voyageant autour du monde dans un van. Du pôle Nord, en passant par le désert de Gobi au cœur de l’Afrique subsaharienne, le dessin animé permet au spectateur de découvrir la flore et la faune de façon originale, puisque l’héroïne Eliza Delajungle, peut communiquer avec toute sorte d’animaux. Autre série connue, Rocket Power : ici on suit les histoires d’un groupe de quatre enfants fans de sport de glisse dans le merveilleux décorum d’Hawaï.

Pour revenir aux Razmokets, la série comptera plus de douze saisons ! Tout de même ! De plus, la série donnera lieu à la création de trois long-métrages, dont l’un d’entre eux est évidement un cross-over avec la série la Famille Delajungle. Pour célébrer le dixième anniversaire des Razmokets, Klasky et Csupo réaliseront un épisode spécial d’une heure ou l’on voit les héros en préadolescence. Cet épisode donnera lieu à une série dérivée intitulée Les Razbitumes qui comptera pas moins de 5 saisons. La musique est ni plus, ni moins composée par Mark Allen Mothersbaugh, l’ex-membre du légendaire groupe Devo. Pour les musiques des Razmokets, il sera tout de même secondé par Rusty Andrews et son frère Bob Mothersbaugh. Notre cher Mark a une liste longue comme le bras de compositions connues comme les musiques de Crash Bandicoot pour les jeux vidéo, Lego le film ou Hotel Transylvania. Ainsi, il a énormément collaboré avec Wes Anderson sur des films comme Bottle Rocket, La Famille Tenenbaum et La Vie Aquatique.

Des mômes tout public !

Le résultat est assez étonnant. La qualité d’animation et l’utilisation de nombreuses nuances de couleur indiquent clairement que nous avons affaire à un travail de qualité où des moyens aussi bien techniques, que financiers sont à l’œuvre. Tout en respectant le design de base de la série, les décors permettent des effets de profondeur et l’utilisation de l’ordinateur est visible sur certains éléments comme les véhicules, mais nettement moins que sur d’autres productions de la même période. Ces aventuriers en culotte-courte que sont les Razmokets, nous font comprendre que même les séries pour les tout-petits peuvent être amusantes et intéressantes pour les adultes. La satyre de certains personnages qui y est proposée, avec leur qualités mais surtout leurs défauts, ne font que renforcer l’idée que l’infantilisation et l’autocensure n’est absolument pas nécessaire pour produire un dessin animé de qualité qui puisse ouvrir la porte des programmes jeunesse du monde entier.

N’hésitez donc pas, que vous soyez seul, accompagné ou avec vos propres bambins de regarder la série des Razmokets. Vous ne serez pas déçus !


L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 réponse

  1. InvictaLuna dit :

    Moi aussi je me rappelle de ce dessin-animé en rentrant pour le goûté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *