Rétrospective de la semaine – Argento Sôma

L'article vous plaît ?
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Argento Soma - Poster

Argento Soma – Poster

Ersatz, mais pas trop !

A chaque nouvelle série de science-fiction qui marque son siècle, les fac-similés et autre ersatz de bonne composition affluent en masse. Quand la série Neon Genesis Evangelion fut terminée au Japon, les séries qui se sont voulues du même acabit ont germé comme des champignons.

Cependant, la série Argento Sôma réussit tout de même à se distinguer du lot. Pas drôle du tout, très glauque dans son approche du genre, l’équipe qui a réalisé la série à relevé le pari de faire tout aussi intéressant, mais diffèrent.

 

Les hommes derrière la machine

Produite par Sunrise et Victor Entertainment, la série possède 25 épisodes réalisés par Katayama Kazuyoshi qui a entre autres réalisé Appleseed et Big-O. Le scénario a été écrit par Yamaguchi Hiroshi qui avait travaillé sur les OAV Bastard et surprise, Evangelion.

Le design des personnages à été confié à Murase Shukô qui avait déjà exécuté celui de Gundam Wing mais aussi celui de Witch Hunter Robin dont il a été le character designer et le réalisateur ! Mais attention car, le mecha design a en revanche été confié exclusivement à Yamane Kimitoshi, qui s’était déjà essayé à tout l’appareillage aérien de Cow-Boy Bebop, ainsi qu’aux incroyables Guimelef d’Escaflowne the movie. Quand à la musique, celle-ci fut écrite par Hattori Katsuhisa. Il a composé entre autre les musiques de Tom Sawyer et du film Hokuto no ken. Voilà pour la fameuse équipe !

Un début, des mechas… une fin !

Mais commençons par le résumé de l’histoire. Nous sommes en 2059. L’humanité a subi un premier contact traumatisant cinq ans plus tôt, suite à l’attaque d’aliens géants aux allures humanoïdes. Takuto Kaneshiro est un jeune étudiant du département d’ingénierie spatiale. Très doué et sans histoire, il est très amoureux de Maki Agata, étudiante elle aussi et assistante du professeur Ernest Noguchi. Ce dernier est un scientifique en charge d’un laboratoire militaire nommé MORGUE.

Il utilise Maki pour piéger Takuto et l’amener à participer à une expérience plutôt douteuse : donner vie à un alien biomécanique baptisé Franck, en référence à Frankenstein. Celui-ci à été construit à partir de débris trouvés à travers notre planète dans le but de percer le secret des envahisseurs. Malheureusement cette expérience tourne mal et Takuto Kaneshiro est le seul survivant.

Gravement blessé, il est hospitalisé et se retrouve principal suspect de l’armée. Obsédé par la mort de Maki, il apprend que Frank, surnommé par l’armée l’extra 1 est désormais entre leurs mains. Il conclut alors un pacte faustien avec un mystérieux monsieur X afin de se venger de cette créature.

Ce génie de la lampe apparaît telle la tentation du diable, citant Shakespeare et ayant l’habitude de manger une pomme goulument. L’entité Takuto Kaneshiro disparaît et laisse place à Ryu Sôma, sous-lieutenant de l’armée et pilote de « SARG » hors pair. Il arrive ainsi sur la base Funeral, section militaire anti-aliens qui contrôle l’extra 1. Depuis, Frank s’est lié d’amitié avec une jeune orpheline de 13 ans nommé Hariet Bartolomew. Celle-ci a été très marquée par un contact direct avec un extraterrestre avant de se réveiller miraculeusement. Sa relation privilégiée avec Frank et sa ressemblance avec Maki complique l’objectif de Ryu Sôma.

 

Mechas versus extraterrestres

Avec Argento Sôma, on est très loin d’une énième mauvaise imitation de la mythique série Evangelion. Le scénario orienté adulte est bien construit et accroche le spectateur. Le mecha design des « SARG » est vraiment réaliste, tandis que ceux des aliens lorgnent du côté Evangelion avec leur construction hybride mélangeant métal et corps humain.

Les personnages ont un look très singulier, leurs tenues de combat sont originales, et la technique aérienne de largage des engins en plein combat donne un aspect plus spectaculaire et dynamique. Les personnages sont nombreux avec chacun un caractère propre.

Quand aux personnages principaux, leur passé est très bien fouillé et leur caractère judicieusement analysé ; le spectateur ne reste jamais sur sa faim. Il s’agit sûrement d’une des rares séries de mechas ou l’animation de ces machines a été faite à la main. De ce point de vue là, c’est un vrai régal et on peut s’interroger sur l’utilisation de quelques éléments en 3D, assez minimes, qui n’apportent pas grand-chose, si ce n’est d’être voyant.

 

Adieu Franck !

Pour conclure, Argento Sôma est une série très intéressante. Le côté le plus attractif est celui qui s’attache aux personnages. Par ailleurs, il se distingue par la noirceur de son scénario, car le dessin animé ne célèbre pas victorieusement le genre humain, loin de là ; il montre le revers de la médaille que sont la faiblesse, la trahison, la haine… Et en dernière teinte, l’espoir incarné par une petite fille de treize ans.

Finalement, Argento Sôma décrit très habilement cette humanité qui, quels que soient les personnages et quelle que soit l’époque, sera très certainement toujours la même dans un futur qui n’est pas très lointain de nous. Les machines évoluent, mais l’humanité demeure.

 

 

Pour aller plus loin…


L'article vous plaît ?
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Nico

Auteur des articles, c'est une vraie encyclopédie à lui tout seul ! Passionné de BD, mangas, japanimation, depuis sa plus tendre enfance. Biberonné dès son plus jeune âge par les émissions jeunesse comme Récré A2 et le Club Dorothée. Voulant faire profiter le public profane autant que les experts, notre auteur a toujours eu à l’esprit de transmettre son savoir encyclopédique sur les dessins animés, au plus grand nombre. Son anime préféré n’est autre que Neon Genesis Evangelion du studio Gainax, qui reste pour lui une œuvre charnière, dans le sens où elle lui permit de découvrir l’immensité de l’univers du dessin animé japonais.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.