Podcast – Berserk

L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Partage

Les-dessins-animes.fr - Podcast - Berserk

Sommaire :

  • Manga (38 volumes – 1989)
  • Anime (Berserk: Kenpū Denki1997)
  • Trilogie (Golden Age Arc I, II et III – 2012)
  • Saisons 2016-2017

 

Ecouter

Manu : bonjour à tous ! Aujourd’hui nous allons parler de l’anime Berserk avec notre ami Julien. Salut Julien !

Julien : salut tout le monde !

Manu : et notre chroniqueur favori : Nico !

Nico : et oui toujours présent au poste.

Manu : Alors Julien c’est un ami d’enfance il a vu les deux dernières saisons de Berserk et donc il va nous en parler avec Nico aujourd’hui. Alors on va commencer par parler du manga, on parlera aussi du premier anime, de la trilogie qui est sortie en film. on parlera donc après des deux dernières saisons et on finira par un peu de symbolique et de mythologie autour du Berserk.

Nico : et des clins d’œil.

Manu : alors Nico c’est toi qui va commencer à nous parler du manga.

Nico : alors le manga de Berserk, c’est un manga dans le genre dark fantaisie au même titre que Guin Saga dont il s’inspire justement. Et Bastard pour ce qui est du manga mais il faut savoir qu’une autre œuvre qui est aussi qualifiée de dark fantaisie et que tout le monde connaît aujourd’hui c’est Game of Throne.

Berserk c’est un manga du mangaka Kentaro Miura, il est publié depuis 1989 dans le magazine Young Animal de l’éditeur Hakusensha. Pour le moment je crois qu’il y a 38 volumes depuis 2016 et pour le moment le rythme de parution est assez long parce que l’éditeur français qui est Glénat a un peu rattrapé la prépublication japonaise et j’avoue qu’à chaque fois on attend la suite avec vraiment beaucoup d’impatience.

Manu : ce manga a commencé en 1989, il a 38 volumes, il a été édité en France par Glénat et donc ensuite s’en est suivi l’anime en 1997.

Nico : oui il s’en est suivi une première série d’animation qui compte 25 épisodes. Qui a été produite par le studio OLM qui a produit la série Pokemon. C’est ça qui est rigolo ! Berserk qui est une œuvre typiquement adulte qui est classée dans les seinens (interdits aux moins de 18) et à côté de ça Pokemon qui est vraiment pour les tout-petits.

Manu : que s’est t il passé entre-temps ? Ils ont changé de contenus ? Pokemon c’est en quelle année déjà ?

Nico : A peu près pareil, en 1996 ou 1997. Il y a sûrement eu des types qui ont dû travailler sur les deux projets en même temps.

Pour la petite histoire la première série reprend ce qu’on appelle dans la saga Berserk un arc qui s’appelle l’arc de l’Age d’or. C’est-à-dire qu’on va suivre le héros qui s’appelle Guts et on va voir son évolution au sein d’une compagnie de mercenaires qui s’appellent la compagnie du faucon. Cette compagnie va être amenée avec son chef à évoluer d’un point du social et la première série d’animation va nous présenter tout cet arc là et va s’arrêter à un moment décisif à la fin de la série. Une série à voir ou à revoir qui est intéressante parce qu’ils ont épuré. Il est vrai que certains fans pourraient être déçus parce qu’ils ont épuré la série dans le sens où on l’a un peu censuré au niveau de certaines scènes qu’ont ne voit pas mais qui sont présentes dans le manga. Cependant, ils ont rajouté certaines batailles dans l’anime comme certaines prises de forts qui sont totalement inédites. Ce qui est intéressant

Manu : d’accord donc là tu me parles de l’arc 2 ?

Nico : oui l’Age d’or c’est l’arc 2 par rapport au manga. Sachant que l’arc 1 c’est l’arc Demon Slayer c’est-à-dire le chasseur de démons. C’est-à-dire que Guts est dans des mini histoires où il est avec sa panoplie de chasseurs de démons et il est là pour fracasser du démon. Les démons sont appelés des Apôtres dans Berserk. Il est vraiment là pour débusquer et anéantir les Apôtres qui se cachent dans toutes les strates de la société médiévale. Le héros est dans d’une vengeance indubitable.

Manu : tout l’univers de Berserk se passe au Moyen Âge.

Nico : c’est de la dark fantaisie. Ça se passe dans un univers moyenâgeux. Le studio 4°C qui est assez spécialisé dans les longs-métrages (Animatrix et Batman : Gotham Knight pour les plus connus) a fait entre 2012 et 2013 une trilogie de films d’animation de Berserk qui reprenaient encore une fois le Golden Age c’est à dire l’arc de l’Age d’or.

Les films valent le coup d’être vus parce qu’ils sont beaucoup moins censurés que ce que pouvait être la première série de 1997. Ceux qui veulent vraiment voir des films un peu plus adultes avec moins de censure seront contentés pour le coup. Il y a tout ce qu’il faut : violence, sexe, et rock ‘n’ roll.

Manu : c’est dingue qu’ils aient sorti trois arcs en l’espace d’à peine une année puisque le premier arc est sorti le 4 février 2012, le deuxième le 23 juin 2012 et le troisième, le 1er février 2013.

Nico : ça leur permet de tirer leur coup. C’est pour cela qu’ils ont travaillé au cordeau. La trilogie se laisse vraiment regarder. Il y a de magnifiques scènes de batailles, de sièges de châteaux. Ils ont vraiment mis le pas sur ça. Et ça reste très intéressant.

Manu : avais-tu lu le manga ?

Nico : oui j’avais lu le manga et je suis accro.

Manu : est-ce que tu peux nous rappeler grosso modo l’histoire ?

Nico : alors on suit un guerrier du nom de Guts qui est en train de chasser des démons qui sont appelés les Apôtres. Ces derniers ont été humains à la base et ont été transformé par un artefact qui s’appelle le behelit. Il y a plein de ces artefacts dans leur univers. Ce sont des artefacts qui transforment les humains en démons. Ce qui est intéressant c’est que chaque behelit représente une sorte de karma de l’être humain. Les gens qui sont transformés sont des personnes traumatisées par un évènement, qui ont perdu un être cher ou bien des gens profondément mauvais et maléfiques. Le behelit est en quelque sorte une porte vers une dimension infernale. Dans un premier temps Guts est là pour exterminer ces Apôtres là. On découvrira un peu plus ses raisons dans l’arc de l’âge d’Or qui constitue un flash-back du passé de Guts et qui expliquera pourquoi il veut en arriver à être un guerrier impitoyable. Pourquoi veut-il devenir un chasseur d’Apôtres ? On va alors suivre les péripéties de ce guerrier solitaire à travers ses combats, ses rencontres avec des personnages secondaires, et tous les méchants.

Manu : merci pour le résumé Nico. Alors Julien, tu as vu les deux dernières saisons c’est ça ?

Julien : oui j’ai découvert cela il n’y a pas si longtemps.

Manu : il s’agit des arc Inquisition et l’invasion Kushan.

Julien : j’ai découvert que c’était sorti récemment. J’attendais vraiment une suite depuis des années. Je ne suis pas trop BD mais je savais grâce à Nico ce qui s’était passé.

La série s’était arrêtée en 1997 et j’étais un peu blasé. Je suis agréablement surpris de voir cette suite et de retrouver ce héros bien bourrin. C’est ce qui me fait aimer le manga pour une fois on a un héros qui n’est vraiment pas faible et qui ne fait pas les choses à moitié. Ca envoie du lourd chaque fois qu’il entre en combat. Il n’y a pas de demi-mesure. J’adore son épée démesurée qui est énorme.

Nico : appelée justement la Dragon Slayer, la Chasseuse de Démon. Pour la petite histoire : Guts va rencontrer Godo qui est un forgeron, un génie de la ferronnerie. Il a une énorme épée qui avait été commandée par un roi qui lui avait dit : je veux que tu me fabriques une arme qui serait capable de terrasser un dragon.

Julien : Au début, cette épée était fine en largeur mais Godo lui en a fait une beaucoup plus large et encore plus monstrueuse. Elle est aussi grande que lui. Ce que j’adore aussi ce sont les musiques. Ça colle bien je trouve. Ce sont des musiques un peu rock et qui ont leur place dans les scènes.

Manu : en parlant de musique y a-t-il un groupe connu qui a composé les musiques ?

Nico : ce sont deux compositeurs qui sont assez connus. Il y en a un qui a fait les musiques de la première séries de 1997 qui s’appelle Susumu Hirasawa. Puis pour la trilogie Golden Age s’est greffé Shiro Sagisu. Il y a une espèce de gloria que l’on entend de temps en temps au début des scènes de bataill dans la série de 1997 qui est magnifique. C’est bien parce qu’on garde quand même une continuité vu que les deux artistes ont travaillée ensemble sur la trilogie. Ils ont du s’influencer pour rester dans la thématique de Berserk. Et ça c’est plutôt bien !

Julien : dans les séries de 1997, il n’y avait pas trop d’humour. C’était beaucoup plus sérieux. Or dans la trilogie, la rencontre entre le héros, Puck la fée et Isidro l’ado amène des scènes d’humour et ça fait un beau mélange. Il est vrai que les deux personnages secondaires sont là pour apporter une touche.

Manu : il n’a pas de vraiment de but spécifique ce jeune garçon Isidro ?

Juin : il veut piquer les techniques de Guts et même son épée. Mais elle est tellement lourde qu’il n’arrive pas à la soulever.

Nico : oui c’est juste un sale gamin en fait.

Julien : oui mais il se débrouille bien. Il est plus doué pour tirer des cailloux et des lance-pierres que manier une épée.

Nico : est-ce que tu peux nous résumer les deux saisons que tu as vu.

Juin : au tout début, on arrive sur le lieu où les amis de Guts se sont faits manger par les Apôtres et notamment par Griffith qui s’est transformé en démon. Casca a complètement perdu la tête mais elle est encore vivante. Le petit blond Rickert qui reste avec Godo pour protèger Casca. Guts veut partir à la recherche de Griffith pour se venger.

Guts a un bras coupé équipé d’un canon. Donc il ne manie son épée qu’à une main. Il est obligé de l’attacher à son bras pour combattre. Sur son chemin, il fait alors la rencontre de Isidro et de Puck lors du sauvetage de la fée dans un combat. Isidro ne le suit pas au début mais il va le retrouver plus tard dans un combat contre les Kushan. Guts viendra en aide à l’ado Isidro qui le suivra alors lui aussi dans sa quête de vengeance.

S’ensuit beaucoup de combats contre les Apôtres. Ensuite, Guts va retourner voir Godo car il fait de mauvais rêves. Dès que la nuit arrive, il y a des ombres et des méchants qui attaquent tout le temps.

Donc il ne peut jamais se reposer, c’est ça le problème. Il ne peut pas avoir beaucoup d’alliés parce qu’il est obligé de les protéger. Dans une de ses hallucinations, il voit Casca qui l’appelle à l’aide. Mais en réalité, Casca a disparu. C’est alors qu’il repart à l’aventure pour aller la chercher.

Nico : et donc il tombe sur le fameux monastère…

Julien : oui, Casca a été récupérée par un personnage dans un monastère.

Nico : on va alors tomber sur un inquisiteur répondant au nom de Mozgus. Un personnage assez haut en couleur. On pense que c’est un Apôtre mais finalement non ça n’en est pas un.

Julien : Guts retrouve Casca dans ce monastère et entre-temps.

Nico : j’adore cet arc. Ceux qui sont fans du film “Au nom de la rose” pourront s’y retrouver. On est dans un huis clos, dans un monastère avec des moines complètement barrés. L’inquisition est toujours aussi impitoyable. Ceux qui sont des fanatiques de Jérôme Bosch, le peintre qui a fait des peintures de la représentation de l’Enfer, seront eux aussi aux anges. Mozgus est vraiment divin. Il a toute une compagnie de bourreaux pour faire parler les gens. Et vous pourrez faire toute une liste des tortures médiévales qui existaient à l’époque.

Manu : si vous l’avez compris si vous avez moins de 18 ans ça n’est pas pour vous.

Nico : oui en effet, c’est très gore et très violent.

Julien : Celle qui dirige les chevaliers des Chaines Sacréees est une femme répondant au nom de Farnese. Elle capture Guts et ce dernier lui raconte ses cauchemars et ses visions effrayantes mais elle n’y croit pas car elle a une foi profonde en Dieu.

Nico : oui, Farnese est un personnage assez fanatique.

Julien : elle veut vraiment tuer Guts car elle n’a pas la même foi que lui. Cependant elle deviendra ensuite le compagnon du héros qui finira par la convertir. Elle découvre que finalement sa vie n’est pas au monastère. Elle est accompagnée par son valet Serpico.

J’ai vu les critiques. Le dessin est différent de 1997 c’est un peu un mélange de 3D et de 2D. Ca peut faire un peu bizarre. Mais moi ça ne me fait rien. Et quand il touche avec son épée ses ennemis cela fait un de cloche. Ça ne fait pas un bruit concluant. Ça gênait beaucoup de monde mais comme je suis fan je suis passé outre.

Nico : peux-tu faire le résumé de la seconde saison ?

Julien : dans la deuxième on voit le retour de Griffith, avec le début de l’invasion Kushan en second plan. On voit donc Griffith qui revient sur le devant de la scène avec Zodd. On voit aussi le chevalier squelette, Skull Knight. En gros ce dernier est un mort-vivant. Le héros va faire la rencontre d’une petite sorcière, Schierke. On apprend que la grande sorcière de Schierke était l’amie du Skull Knight. L’histoire va en quelque sorte se répéter avec la petite sorcière, Schierke et Guts en tant que chevalier. Ils vont donc partir tous ensemble et tuer des Apôtres. Ça commence à faire un peu la communauté de l’Anneau. Un gros combat s’impose entre Griffith et ses bras droits, les Apôtres. Durant la bataille, Guts demande de l’aide et Schierke lui rement la fameuse armure qui permet au héros de se mettre dans un état de furie, en mode berserker ! Mais il faut qu’il prenne garde car s’il abuse des pouvoirs de l’armure, il ne pourrait pas revenir à son état normal et deviendra à tout jamais comme le chevalier squelette, Skull Knight. L’armure se nourrit de la haine du héroes et l’effet secondaire résulte qu’il pourrait attaquer ses propres alliés ! C’est ce qui va se passer d’ailleurs. Mais la petite sorcière va rentrer dans son esprit et le ramener à la raison.

Nico : cette armure sert un peu de second squelette. Il y a des espèces de pics qui se plantent dans son corps. C’est un peu comme un exosquelette.

Julien : D’ailleurs, si la petite sorcière abuse de ses pouvoirs, elle aussi pourrait ne plus jamais revenir à la raison. Je n’ai pas vu le dernier épisode encore mais ça va s’arrêter lorsqu’ils prennent un bateau pour aller sur l’île des Elfes de Puck. Le héros a appris que le grand chef de l’île pourrait soigner Casca qui a perdu la raison. Elle est devenue simplette. Mais Guts compte bien la soigner car il est amoureux d’elle. Je pense que la trilogie va s’arrêter là. Dans le manga est-ce que ça s’arrête là aussi ?

Nico : oui en effet le manga s’arrête là. Quand ils arrivent à L’île des Elfes.

Julien : il y a 38 tomes en quatre saisons.

Nico : il y a beaucoup de tomes qui parlent de la traversée jusqu’à l’île des Elfes.

Julien : il faut savoir que la petite sorcière invoque des quatre éléments. Elle est capable de prendre la forme d’animaux et de faire une barrière protectrice. Elle est aussi capable de donner des pouvoirs à ses alliés. Par exemple, pour Serpico, le vent. A Isidro, le feu. Elle a une dague pour combattre mais elle ne sert un peu à rien. C’est Guts qui fait le gros du boulot lors des combats. Je suis fan de cette série et ce que j’apprécie c’est que l’on voit un héros qui est à fond d’entrée de jeu. Même si avant il était plus faible il devient de plus en plus fort à force de combattre. Son épée a accumulé aussi beaucoup d’énergie à force de tuer les ennemis. Comme si l’épée avait une sorte d’âme.

Nico : c’est bizarre parce que dans le manga ils n’en parlent pas. D’après ce que je me souviens…

Julien : peut-être que dans l’anime, ils expliquent différemment que dans le manga. Mais dans l’anime on voit comme une aura autour de cette épée. Je recommande cette anime !

Manu : tu regardais ça sur quelle chaîne ?

Julien : j’ai téléchargé mais il me semble que c’est visionnable sur Netflix. Sinon vous avez le streaming.

Manu : on ira se renseigner. On arrive à la dernière partie de l’émission dédiée à la symbolique autour du personnage de Berserk. Nico est impatient de nous en parler. C’est un fan de mythologie. Donc Berserk est inspiré de la mythologie germanique.

Nico : le terme Berserk vient de là. Tu pourras peut-être nous en dire plus Manu.

Manu : oui, Berserk est un guerrier capable de devenir surpuissant. D’ailleurs est-ce que tu savais que Odin était un Berserk ?

Nico : non je ne savais pas.

Manu : d’après certains, le mot Berserk pourrait signifier “peau d’ours”. Mais d’autres l’interprètent comme “sans protection” c’est-à-dire qu’il combat torse nu en bravant le danger.

Julien : oui, c’est un personnage qui n’a pas peur de mourir au combat.

Nico : c’est un état de folie furieuse et violente où le Berserk ne fait aucune distinction entre ses alliés et ses ennemis.

Julien : c’est un avantage ou un inconvénient quand on la en tant qu’allié.

Nico : oui il peut terrasser les ennemis comme nous terrasser aussi.

Manu : c’est à double tranchant.

Nico : c’est comme une épée à double tranchant.

Manu : on retrouve aussi les Berserk dans la culture populaire. Dans les mangas, dans les bandes dessinées, Naruto ou bien encore DBZ.

Nico : dans Les chroniques de la guerre de Lodoss, on retrouve aussi un personnage hallucinant se référant à un Berserk. Il fait une chasse aux Dragons et les terrasse, c’est fabuleux !

Manu : dans le jeu Heartstone on trouve aussi des Berserk. Dans les decks guerriers il me semble.

Nico : en effet il y a quelques archétypes de Berserk.

Julien : nous n’avons pas parlé des stigmates laissés par les Apôtres sur leurs ennemis qui leur permet de situer géographiquement leurs victimes. Mais quand ces dernières se mettent à saigner, elles savent qu’elles vont avoir des soucis ! Ca permet de détecter aussi la présence des Apôtres. Tous les personnages ont été marqués au cours du fameux rituel des Apôtres. Seuls Casca et Guts s’en sont sortis mais tous les autres ont été tués.

Nico : il y a aussi énormément de clins d’œil. Pour en revenir à la thématique mythologique et symbolique. On pourrait parler du Minotaure. Il y a une scène dans Berserk qui fait référence à la scène de Thésée.

Julien : il s’agit de Griffith encore en humain et de Guts qui arrivent tous les deux dans un château et ils rencontrent un humain, Zodd, qui se transforme en Minotaure. Les deux héros se font battre par le Minotaure mais ce dernier les laisses en vie.

Nico : c’est typiquement la scène de Thésée où les deux héros vont entrer dans une sorte de labyrinthe matérialisé par le château pour se trouver face à ce Minotaure. Dans la mythologie lorsque Thésée rencontre le Minotaure, elle rencontre la bestialité qui est en chaque être humain. Zodd est un guerrier redoutable qui a délaissé son côté humain pour devenir une bête de guerre.

Julien : as-tu vu d’autres scènes faisant référence à la mythologie ?

Nico : j’ai une autre scène mais qui n’est pas vraiment mythologique. Berserk fait référence à une saga de films d’horreur, la saga Hellraiser. Les méchants de la série que l’on appelle la Main de Dieu ou God hands sont au sommet de la hiérarchie des Apôtres. Griffith va devenir l’un des cinq, il va devenir Femto et il faut savoir que l’apparence de Femto ressemble à un des héros du film appelé Phantom of Paradise. Le masque ressemble beaucoup à ce héros là. Griffith est le copier-coller de ce Phantom of Paradise de Brian de Palma. Les cinq de la Main de Dieu ressemble beaucoup aux méchants de Hellraiser. On retrouve aussi le beherit qui est un cube dans Hellraiser qui nous permet d’arriver dans une dimension infernale où on trouve des espèces de démons qui ressemblent énormément au God Hands. Il y a un énorme clin d’oeil à cette saga là.

Julien : Quand on voit l’affiche du film, j’avoue que ça y ressemble.

Nico : le méchant emblématique de Hellraiser ressemble à Void. C’est une espèce de cerveau gigantesque qui ferait plutôt penser aux aliens de Tim Burton dans Mars attacks!. Il y a plein d’inspiration dans Berserk que je ne citerai pas mais c’est marrant de les trouver !

Manu : merci beaucoup Nico pour ton speech sur la mythologie. Nous vous conseillons d’aller voir cet anime et même de lire le manga car les dessins sont fabuleux. On arrive au terme de l’émission. Merci à tous nos auditeurs et à bientôt. Si vous avez des commentaires n’hésitez pas !

 

Pour aller plus loin :


L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
    1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *