Studio Bones

L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bones est un de ces jeunes studios qui fleurirent à la fin des années 90. Jetons un regard sur ce studio peu orthodoxe. Établi en 1998, ce studio fut créé par des personnels du studio Sunrise. Aujourd’hui, Bones est un studio reconnu pour la qualité de son travail. Au Japon, mais aussi à l’étranger, ce studio a toujours eu pour objectif d’essayer de produire avant tout ses propres séries originales.

Une notoriété rapide et méritée

A la fin des années 90, Minami Masahiko, producteur de dessins animés employé au sein du studio Sunrise dans la section de développement des projets liés à l’univers Gundam, décide de fonder son propre studio d’animation. Pour cela, il contacte deux animateurs célèbres avec lesquels il avait déjà eu l’occasion de travailler. Kawamoto Toshihiro qui avait œuvré sur Gundam 0083 et Ôsaka Hiroshi connu pour les séries G-Gundam et Escaflowne.

Les deux animateurs sont séduits par le projet et le studio Bones est créé en octobre 1998. Minami Masahiko est le président directeur général du studio. Kawamoto Toshihiro et Ôsaka Hiroshi en sont les cadres supérieurs. Ce genre de situation n’est pas rare dans le milieu du dessin animé au Japon. Le studio Xebec est aussi un exemple de studio né de l’association de producteurs et d’animateurs. Lorsque Minami décide de fonder sa société, il s’oriente surtout dans le milieu du multimédia avec l’animation comme activité majeure. En effet, Bones ne produit pas que des dessins animés ; il sous-traite aussi pour des produits comme des disques, des bandes dessinées, des travaux publicitaires, etc. La multiplicité du studio va lui permettre de se faire rapidement une renommée non seulement sur l’archipel mais aussi à l’étranger.

Le commencement

Le studio est donc officiellement fondé en octobre 1998. La première série prévue se nomme Hyou Senki, mais elle ne sera diffusée qu’en 2000. Entre-temps, le studio se verra confier un projet important par le studio Sunrise : Cowboy Bebop. Le succès est immédiat et le studio enchaîne immédiatement sur la réalisation de l’animation du long métrage d’Escaflowne. La grande partie de l’animation incomba d’ailleurs à Ôsaka Hiroshi, qui avait déjà animé une bonne partie de la série chez Sunrise, et qui seconde sur le film l’animateur Nobuteru Yūki.

Les deux succès coup sur coup permettent au studio d’avoir les mains libres pour son projet Hyô senki, série en 26 épisodes pour la télévision. Cette œuvre originale connut un succès honorable. Il s’agit en fait des aventures d’un groupe de jeunes enfants issus du village de Karakuri contrôlant un robot géant du nom d’Homura, qui leur permet de lutter contre le clan de ninjas qui veut s’emparer de leurs secrets. Cette production fut développée en coopération avec le célèbre scénariste d’animation Aikawa Noboru connue pour Yôma, AD police.

Les producteurs commencent à s’intéresser sérieusement à ce studio prometteur et en début d’année 2001, Bones reçoit un projet de taille, Angelic layer, qui n’est autre que la nouvelle série des artistes regroupés sous le nom de Clamp. Celle-ci succède à Card Captor Sakura qui avait rencontré un très grand succès. Le studio Bones étant toutefois une structure naissante et petite, sa capacité de production ne lui permet pas de produire plus de deux dessins animés en même temps, sous peine de déléguer alors une grosse partie à d’autres intervenants. Néanmoins, Bones relève le défi et se lance même parallèlement dans la production d’un long métrage : celui de Cowboy Bebop.

 

Une allure effrénée

Bones décolle alors complètement en fin d’année 2001. Le studio enchaîne ainsi avec deux nouveaux projets qui lui sont propres. Le premier est RahXephon développé par le célèbre Izubuchi Yutaka connu pour les séries Lodoss, Patlabor, Dumbine, etc. RahXephon est une œuvre mystique qui a surpris les fans, un peu comme ce fut le cas pour Evangelion à l’époque. La patte d’Izubuchi est indéniable dans cette série, ne serait ce que par les designs des robots. Son amitié avec Hideaki Anno accentue la ressemblance entre les deux séries. Le succès est tel qu’un projet de long métrage est alors envisagé, en même temps que le second projet : la série Wolf’s Rain.

 

Pendant cet intermède, le studio Bones assistera un autre studio sur la production de l’animation du film de Bienvenue chez Pia Carrot ! L’amour de Sayaka. Le studio s’agrandit un peu mais conserve quand même une structure de petite taille comparée au studio Sunrise. Bones connaît donc des limites contraignantes, mais malheureusement, son problème le plus important est qu’il manque cruellement de producteurs. Cette carence qui ne touche pas uniquement le studio Bones, empêche celui-ci de passer à un cran supérieur et de produire plus de deux à trois œuvres en même temps. Tout repose en fait sur le travail de son président, Minami Masahiko. Le Japon produisant entièrement des séries grâce à des financements privés, le métier de producteur est devenu de plus en plus difficile, car outre l’aspect de la production, celui-ci est devenu un véritable démarcheur et collecteur financier. Cette partie extrêment stressante du métier décourage les personnes qui voudraient choisir cette voie.

Bones… Et ensuite ?

Malgré ce petit problème de carence en personnel, Bones tourne à plein régime depuis le début de l’année 2003. Après avoir développé et créé la série Wolf’s Rain qui réunit la quasi-totalité du staff de Cowboy Bebop, à l’exception du réalisateur Sin’ichirô Watanabe. Le studio a enchaîné sur la production du film de RahXephon.

Malgré ce petit problème de carence en personnel, Bones tourne à plein régime depuis le début de l’année 2003. Après avoir développé et créé la série Wolf’s Rain qui réunit la quasi-totalité du staff de Cowboy Bebop, à l’exception du réalisateur Sin’ichirô Watanabe. Le studio a enchainé sur la production du film de RahXephon.

Enfin, le studio Bones adaptera une série taille, au titre international, je veux bien sûr parler de Fullmetal Alchemist. Pour cette œuvre culte, le studio assume la partie animation de cette série à la sauce steampunk. Bones continuera ses adaptations de mangas à succès avec des titres comme Eureka Seven, Ouran high school host club ou l’excellent Soul Eater. Tout en continuant a développer des créations originales comme Darker than Black ou Space Dandy du célèbre Shin’ichirô Watanabe.

Aujourd’hui, Bones s’occupe de l’adaptation du fameux manga My Heroes Academia. Le studio fut finalement l’un de ces petits nouveaux, à l’instar d’autres comme Gonzo ou Xebec, qui ont su s’adjuger une véritable place dans le milieu de l’animation japonaise. Nul doute que le studio saura encore nous proposer des séries originales à l’animation de qualité. Les fans et les professionnels ne s’y trompent pas et ce n’est pas étonnant que le studio soit supporté par des firmes comme Kadokawa Shoten, Sony, Avex, Square Enix ou encore le groupe Bandai.

Allez, on se quitte en musique les amis !


L'article vous plaît ?
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 réponse

  1. 8 juillet 2017

    […] studio Bones annonce son nouveau film : Eureka seven hi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *