Et si on redécouvrait Neon Genesis Evangelion ?

L'article vous plaît ?
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Neon Genesis Evangelion

Aujourd’hui dans cet article, nous parlerons de cette grande série qu’est Evangelion. J’espère que grâce à mes quelques mots certains jeunes otaku se précipiteront pour découvrir ou redécouvrir ce dessin animé cultissime. Ensuite à mon avis non-objectif, Evangelion est un petit chef-d’œuvre de la Gainax, pour moi cet anime me fit prendre conscience qu’il y avait autre chose après Dragon Ball Z.

Une histoire d’Eva !

Neon Genesis Evangelion est une série TV de 26 épisodes qui a été diffusée entre novembre 1995 et mars 1996, sur la chaîne Tokyo Network. Il s’agit là de la seconde série TV du studio Gainax qui cinq années, après le succès de Nadia ou le secret de l’eau bleue, décide de remettre  le couvert. A la tête du projet, Hideaki Anno, l’un des fondateurs du studio Gainax qui aborde une nouvelle fois avec sa création le monde des robots géants, des mechas thème qu’il avait déjà traité dans Gunbuster.

Très conservateur, notre homme s’entoure de proches qui ont déjà collaboré avec lui par le passé sur Nadia. Mais n’oublions pas les musiques, de Shiroh Sagisu qui compte parmi les grands compositeurs de l’animation japonaise. Je tenais à lui rendre hommage, car ses compositions conviennent parfaitement à l’ambiance propre de la série.

Pour exemple, je prendrai comme référence 3 titres qui reflètent parfaitement l’atmosphère mystérieuse, épique et parfois malsaine de la série animé. On commence par des thèmes propres aux personnages comme « Marking time, Waiting for death ».

On enchaîne avec la seconde OST qui semble offrir un petit moment de répit avec « a Moment when tension breaks ». On finit avec la dernière dans laquelle le sentiment de malaise atteint son paroxysme « the Beast ».

La série devient un phénomène encore présent aujourd’hui au Japon, son dénouement en a laissé plus d’un sur le cul. Les deux derniers épisodes plongent le téléspectateur en plein doute. Qu’importe, le mal est fait et Evangelion devient vite une série culte.

Deux ans plus tard, Gainax décidera de sortir deux films qui font suite à la série ou, pour être plus exact, proposent une fin alternative à celle-ci, beaucoup jugeant cette dernière bien trop complexe. Dommage, car au lieu de mettre en ordre la pensée de Hideaki Anno, ces films ont plutôt tendance à la dénaturer en proposant une fin plutôt nihiliste à la série, qui perd alors un peu de son prestige. Mais miracle, en 2007, la trilogie de film Evangelion remaniera l’histoire est relancera grandement la franchise.

Un garçon nommé Ikari Shinji !

Neon Genesis Evangelion nous transporte dans un futur proche, dans lequel la Terre a été ravagée par un cataclysme appelé Second Impact. Soit disant, le 13 septembre de l’an 2000, une météorite serait tombée au pôle sud, faisant fondre l’Antarctique et inondant, en raison de la montée des eaux, une grande partie des régions côtières.

Deux milliards d’humains ont péri à cause de cette catastrophe. La ville de Tokyo a totalement été rasée de la carte et les survivants ont tenté de reconstruire un monde dans lequel tout le monde pourrait vivre en sécurité. Voici l’histoire officielle que propose l’ONU puisqu’en réalité, ce que tout le monde appelle le Second Impact a été provoqué par l’arrivée d’Adam dont toute l’humanité est issue.

Quinze années plus tard, des créatures qualifiées d’anges font leurs apparitions et s’en prennent irrémédiablement à la nouvelle ville de Tokyo 3 qui abrite la NERV, une organisation chargée de défendre par tous les moyens l’humanité. C’est dans ce but qu’ont été créés les Eva, des robots géants que seuls des enfants peuvent piloter.

Le premier épisode de la série nous propose de faire la connaissance de Shinji Ikari, un jeune garçon de quatorze ans, largué seul au milieu de Tokyo 3 alors que l’ange Sachiel est en train de dévaster la cité. Il est là sur l’invitation de son père, Gendo Ikari, le commandant de la NERV, qui semble avoir besoin de lui. Tandis que les Nations Unies tentent le tout sans succès, Shinji est récupéré par le major Misato Katsuragi, qui l’accompagne jusqu’au quartier général.

Là, il se trouve face à face avec son père qui lui confie alors une lourde responsabilité ; celle de prendre les commandes de l’Eva 01, la seul machine capable de tenir tête aux anges. Cependant, les épaules du jeune homme sont encore très fragiles et il refuse d’aider son père, cet homme qui l’a littéralement abandonné.

Ce dernier fait alors appel à Rei Ayanami, la jeune pilote de l’Eva 00 grièvement blessée et qui est bien incapable de tenir sur ses deux jambes. Pourtant, celle-ci est prête à tout pour obéir au commandant et consent à prendre les commandes d’un Eva. Face à l’état critique de la jeune fille, Shinji accepte finalement et un peu malgré lui la tâche que son père lui confie.

Voici donc notre jeune pilote en herbe à bord d’un robot immense qu’il ne contrôle pas et avec le sort de l’humanité entre ses mains. Pas de doute, la situation est délicate et seul un prodige pourrait sauver la Terre d’un autre désastre. L’ange se rue sur le robot totalement impassible. Shinji perd totalement le contrôle de son appareil. Tout le personnel de la NERV commence à imaginer le pire quand un phénomène survient, l’Eva devient enragée.

Voici donc un épisode d’exposition comme on les aime, rythmé et nous mettant tout de suite dans l’ambiance. Nous faisons connaissance avec ce garçon ordinaire qu’est Shinji, que l’on découvre principalement par la relation qu’il entretient avec son père, Gendo l’énigmatique personnage qui ne laisse rien filtrer de ses sentiments.

Les personnages féminins sont de la partie avec le major Katsuragi, une jeune femme plantureuse. Rei, la pilote de l’Eva 00 qui semble être le seul point d’intérêt du père de Shinji. Il ne restera plus qu’à découvrir dans les épisodes qui suivront le docteur Ritsuko Akagi, une scientifique engagée sur le projet Eva, Asuka, la pilote de l’Eva 02 et Kaji Ryuji, l’ex de Misato.

La fin d’un Eva

Après plusieurs années moroses, Evangelion remet le dessin animé de robots au goût du jour grâce à une approche fouillée des relations de ses personnages. Le côté réaliste des armements et l’approche « nouvelle vague » volontairement provocatrice de la mise en scène ne laissera personne indifférent. Je ne serai que trop vous conseiller de découvrir ou redécouvrir cette série culte.

 

Pour aller plus loin…


L'article vous plaît ?
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.